Home  > News from Ibis > Talks, seminars, poster presentations,...

Francois Rechenmann - Génomes et cancérologie

Une heure ensemble, le lundi 26 avril 2010


Lors de son intervention à Une heure ensemble, Francois Rechenmann a exposé les objectifs de l’International Cancer Genome Consortium

L’International Cancer Genome Consortium s’est fixé pour objectif le séquençage de 50 000 génomes humains afin d’identifier les mutations impliquées dans 50 types de cancers.

L’obtention de la première séquence complète d’un génome humain en 2004 a nécessité une dizaine d’années, impliqué une vingtaine de centres de séquençage dans une demi-douzaine de pays et coûté plus de 2,7 milliards de dollars. Au cours même de ce grand projet, lancé au début des années 90, plusieurs générations de techniques de séquençage d’ADN se sont succédé.

Ces progrès technologiques se traduisent par une baisse des coûts et un accroissement de la vitesse de séquençage. En trente ans, le nombre de nucléotides par jour et par machine a été multiplié par un facteur supérieur à 1 million. Le projet « génome humain » a ainsi coûté moins cher que prévu et s’est terminé avec deux années d’avance sur les prévisions.

L’apparition de la dernière génération de séquenceurs a conduit à un nouveau saut des performances et permet la mise en œuvre de projets visant le séquençage de génomes de plusieurs individus d’une même espèce, à des fins comparatives.

Ainsi, l’ICGC (International Cancer Genome Consortium) s’est-il fixé pour objectif le séquençage de 50 000 génomes humains afin d’identifier les mutations impliquées dans 50 types de cancers. Une dizaine de pays sont impliqués dont la France à travers l’INCa, l’Institut National du Cancer.

Le volume des données, qui se compte en téraoctets, et leur nature, de très courtes, et donc très nombreuses, séquences de caractères, nécessitent que soient mises en œuvre des moyens, et surtout des techniques informatiques efficaces et pertinentes.

https://intranet.inrialpes.fr/jsp/f....